Another teacher’s website

  http://bit.ly/dyLnsH copy to clipboard + http://bit.ly/dyLnsH RSS

Take what you need, share what you have

Take what you need, share what you have

si je devais changer le nom de ce site, je reprendrais le même

par SteF, le 8 septembre 2009 (maj 19 septembre 2009) BY-SA
4 commentaires

Donnez votre avis

Ce matin, j’ai reçu dans ma boîte aux lettres le New Standpoints de Septembre qui reprend un article publié ici. Et ça fait bien plaisir de voir son nom sur papier glacé, j’auto-satisfactionne un peu, j’avoue. Je suis content que mon travail soit valorisé de la sorte, et d’autant plus alors que cet article est également en accès libre ici.

Initialement, cet article a été publié ici selon les termes de la licence libre Creative Commons BY-SA (comme l’ensemble des ressources autochtones publiées ici). Cette licence autorise la libre reproduction d’un contenu, sa libre diffusion, n’en interdit pas les utilisations commerciales, exige simplement que l’auteur soit cité et que ces mêmes conditions soient conservées pour toute utilisation ultérieure à la publication originale.

Cette licence permet donc la libre circulation d’un contenu tout en préservant la propriété intellectuelle de l’auteur, et en garantissant que ce contenu reste libre. Ce, contrairement à un copyright classique qui interdirait toute utilisation non expressément autorisée, alors que le but est bien de partager et donc de rendre accessible.

Et pour autant, l’auteur qui choisit de rendre un contenu libre ne perd pas complètement le contrôle de son travail, et notamment, la diffusion d’une ressource libre dans une revue ou un magazine "traditionnel" (non libre, donc incompatible avec la licence d’origine) implique une contractualisation particulière et une cession des droits, comme avec un copyright classique (en tout cas c’est ce qui s’est passé pour ce qui me concerne). Il est donc possible de partager librement en ligne du contenu, et de le valoriser par ailleurs en le "vendant" à un éditeur.

Voilà, c’était une petite anecdote histoire d’encourager les collègues à partager leurs idées, leurs trouvailles, leurs ressources, sans avoir peur de se faire voler ou spolier. Ce qu’on donne à la communauté on ne le perd pas soi-même, et se dire que chacun peut être riche des dons de tous, ça file un peu le vertige.

Les termes de mutualisation, de collaboration, de coopération ont été très récurrents ces dernières années. Maintenant on en parle moins, mais dans les faits ça évolue pas mal. Sur e-teach, par exemple, une grosse liste de discussion privée pour profs d’anglais, on évolue lentement et timidement vers le partage. De plus en plus de ressources sont mises à disposition avec Mediafire par exemple, mais subsiste encore beaucoup de partage très restreint, style "j’ai ci ou ça, si vous le voulez demandez le moi" [1]. Ainsi, les abonnés à cette liste ont accès à de plus en plus de ressources offertes par les utilisateurs, en plus de l’aide individuelle apportée par l’interaction entre inscrits qui peuvent y exprimer des besoins spécifiques et recevoir les réponses de tous : partage de ressources mais surtout entraide et partage ponctuel d’idées, d’informations, et de compétences.

Pour autant, ce système montre une grosse limite : la pérénnité des ressources partagées n’est pas assurée. En effet, l’info ou le lien donné, même s’ils sont accessibles à tous les inscrits, sont vite ensevelis sous la pile chronologique des nouveaux messages. La redondance des questions identiques, qui reçoivent n fois la même réponse, me laisse à penser que ce n’est pas un réflexe d’explorer les archives et d’y faire des recherches. Avec une liste, on a essentiellement accès aux discussions en cours, mais il est difficile d’accéder à une info passée perdue dans une file non classée autrement que par date, parce que ça n’est pas pratique. De plus, la nature "privée" d’e-teach lie irrémédiablement le destin de la communauté à la volonté d’un seul individu [2], sans garantie de durée d’aucune sorte.

A côté de ça, de nombreuses initiatives individuelles ont conduit et continuent à conduire à la mise à disposition de très nombreuses ressources (des plans de séquences, des exercices, des documents pédagogiques de toutes sortes), sur des blogs, des sites perso, souvent liés mais pas unifiés, chacun gardant son propre système, sa propre organisation. Mais ça reste marginal : obstacles techniques, timidité, peur que son travail soit détourné (ou jugé, voire tout simplement utilisé), les raisons sont légion pour ne pas mettre ses travaux sur le web en libre accès.

C’est ce qu’ont bien compris les collègues qui ont lancé l’idée d’Openenglishweb [3] : fournir un espace où l’on puisse organiser et mettre à disposition de tous les travaux de chacun, avec une structure associative pour dépasser l’initiative individuelle, avec un outil juridique : la licence Creative Commons (j’y reviens :)) pour permettre le partage tout en protégeant les auteurs du pillage, et un outil technique : le site, pour classer et rendre accessibles les ressources partagées. Pour l’instant, si le site openenglishweb.org reçoit chaque jours plusieurs centaines de visiteurs, une poignée seulement de collègues y partagent des ressources. On ne peut qu’espérer que ça s’équilibre un peu petit à petit, pour le bien de tous sans être au détriment d’aucun.

Liens
- E-teach - liste de discussion sur l’enseignement de l’anglais
- eteachnet - une autre liste, moins velue mais plus libre, les inscrits à cette liste peuvent également s’inscrire à iteachnet, centrée sur les TICE et l’entraide technique.
- Openenglishweb - site associatif de partage de ressources pour l’enseignement et l’apprentissage de l’anglais
- Mediafire - service gratuit (farci de pubs) de partage de fichiers - info


Notes

[1et quand j’imagine la quantité de demandes reçues par ceux qui proposent un tel partage je me dis que je ferais ça... une fois, puis je plierais boutique, quoi qu’il en soit et quel que soit le mode de partage, que les partageurs de tous crins soient ici remerciés !

[2dont je salue au passage le travail et le dévouement

[3et avant eux ceux qui ont monté Sésamath, les Clionautes, Weblettres pour ne parler que des profs, SourceForge, Tela-Botanica, Framasoft, Wikipedia, Linux pour en citer quelques autres et pas des moindres

Retour en haut de la page

24/42 Sommaire de la rubrique Précédent Suivant

Conditions d'utilisation

Le billet ci-dessus « Take what you need, share what you have » par Stephane Busuttil, ainsi que — sauf mentions spécifiques — tous les documents accessibles sur cette page sont librement mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Partage des Conditions Initiales à l'Identique 3.0 Unported.

+ de détails

Votre avis sur cette page

4 commentaires

Aller au dernier commentaire

  • Rémi, le 9 septembre 2009 à 15:56

    très bonne nouvelle que cet article circule !
    ça me fait plaisir de voir qu’un article sous licence CC puisse être publié aussi !

  • un internaute anonyme, le 15 octobre 2009 à 13:29

    Moi qui vend mes piges au même genre de canard dans les 100euros... je suis bien content d’être payé et de voir aussi mon nom en pied de lettre. ^^

  • SteF, le 8 novembre 2009 à 05:52

    bah oui mais qd on vend des piges on cède tous les droits à l’éditeur. là l’article a été vendu mais sans aucune clause d’exclusivité, et je peux continuer à le diffuser ici sous licence libre.

  • Kédem Ferré, le 15 août 2011 à 09:53

    « Avec une liste, on a essentiellement accès aux discussions en cours. »
    Exactement ! C’est aussi pourquoi un fonctionnement par forum pourrait répondre à cette problématique, non ?


Vos réactions

Laissez ci-dessous vos commentaires, précisions, remarques et questions. Vos contributions ne s'affichent publiquement qu'après validation, trop de spam sinon.

Commenter
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

    texte
Qui êtes-vous ?

Retour en haut de la page

Morceaux choisis


Contribuez à maintenir ces pages sur la toile.
Paiement sécurisé par Paypal ou CB

Frais d'hébergement depuis 2009 : 230 €
Total des dons depuis 2009 : 99 €

Another Teacher's Website est motorisé par SPIP.

Contribuez au contenu de ce site