Another teacher’s website

  http://bit.ly/sx8dmf copy to clipboard + http://bit.ly/sx8dmf RSS

La compréhension orale en autonomie

La compréhension orale en autonomie

mise en oeuvre en salle informatique

par Rodolphe Maurel, le 19 décembre 2011 (maj 15 janvier 2012) BY-SA
4 commentaires

Donnez votre avis
17 votes

Sommaire

La compréhension orale en classe entière.

S’il y a bien une chose que je n’aime pas faire en classe, c’est l’entraînement à la compréhension orale. Plusieurs raisons à cela :

- Ma salle de classe est grande, et le son n’est pas de la même qualité partout.
- Mes haut-parleurs sont de qualité moyenne.
- Une partie de la classe ne fournit pas réellement d’efforts et se repose sur les autres élèves ou se décharge d’un "J’y comprends rien", "Ils parlent trop vite" voire d’un "J’y pige que dalle".

J’estime donc que si ça ne marche pas, je ne dois pas le faire.

La compréhension orale en autonomie.

Préparation du travail - Le fichier audio.

Je travaille avec mes propres supports. Je demande donc à des locuteurs natifs de me fournir des enregistrements. Il me faut, en général, pour chaque séquence, 2 enregistrements sur le même thème. Ainsi, les élèves peuvent s’entraîner sur un fichier, et j’en utilise un sensiblement différent pour l’évaluation.

J’utilise en général mon téléphone et je m’envoie le fichier par mail. Je l’édite ensuite avec Audacity pour le couper, le raccourcir...

Le gros avantage de travailler ainsi est que je peux demander à la personne qui m’enregistre le document ce que je veux, par exemple d’utiliser tels mots, telles structures, qui auront déjà été étudiées préalablement dans la séquence.

Aide à la compréhension.

J’amène donc ma classe en salle informatique. Les élèves seront à 2 par poste et travailleront la compréhension orale en autonomie. Si mon activité est bien préparée, tous doivent être capables de la faire, éventuellement au bout de plusieurs essais.

Je me sers du module Jquiz de Hot Potatoes pour créer une page web qui sera un QCM pour guider les élèves dans la compréhension du document. Rappelons que le but est d’entraîner et non pas d’évaluer. Les élèves écoutent donc le document, et répondent aux questions. Ils peuvent à tout moment revenir en arrière, faire pause, en parler avec leur binôme.

Des simples questions Right / Wrong, QCM, écouter si les mots ont été dits vont obliger les élèves à faire plusieurs écoutes à leur rythme. Nous avons donc, par rapport à une écoute traditionnelle en classe entière, une bien plus grande exposition à la langue.

Voici un exemple de travail que j’ai fait pour des 4° sur le thème de Thanksgiving. Le vocabulaire utilisé reprend ce qui a été fait en classe (activités de vocabulaire au début de l’article).

Mais comment faire avec 30 élèves ?

La salle informatique du collège a 15 postes. Les élèves sont donc par 2, avec leurs écouteurs (je leur demande en début d’année d’en avoir), et je leur donne un doubleur jack, qui permet de brancher 2 casques sur la même prise.

La page web est publiée sur mon site, mais il n’est pas nécessaire d’avoir son propre site pour mettre des documents en ligne. Nous avons tous des espaces web inclus dans nos forfaits Internet (SFR, Free, Orange...) et il suffit de demander à notre fournisseur de les activer.

Naturellement, comme l’activité est en ligne, l’élève peut la refaire chez lui. Étant donné que j’ai créé la ressource, je peux donner les fichiers aux élèves qui ont un ordinateur mais pas de connexion Internet pour qu’ils puissent faire l’activité en local chez eux.

Comment est-ce que je construis mon QCM ?

Je me contenterai ici de vous renvoyer à 3 articles que j’ai écrits.
- Pour installer Hot Potatoes
- Réaliser un QCM
- Insérer du son

Conclusion

En guise de conclusion, les avantages de travailler ainsi.

Du côté du prof...

- Une fois les documents créés et mis en ligne, ils sont réutilisables avec d’autres classes ou d’autres années.
- Pour les collègues à cheval sur plusieurs établissements, les ressources sont au même endroit et facilement accessibles.
- Le fait de faire travailler les élèves en autonomie lors des activités de compréhension orale va permettre à l’enseignant de pouvoir aider les élèves les plus en difficulté.
- Les élèves qui sont au-dessus du niveau de la classe peuvent faire une deuxième activité libre après avoir fait celle imposée.

Du côté de l’élève...

- Il devient difficile de ne rien faire, cela se voit immédiatement.
- L’élève peut travailler à son rythme en fonction de ses propres stratégies d’écoute.
- L’activité peut être poursuivie après la classe.
- Les élèves travaillent en binômes, aucun élève n’est laissé seul face à la tâche.

Photo - Headphones graffiti ! par Demcanulti - cc-BY

Retour en haut de la page

1/10 Sommaire de la rubrique Précédent Suivant

Conditions d'utilisation

Le billet ci-dessus « La comprehension orale en autonomie » par Rodolphe Maurel, ainsi que — sauf mentions spécifiques — tous les documents accessibles sur cette page sont librement mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Partage des Conditions Initiales à l'Identique 3.0 Unported.

+ de détails

Votre avis sur cette page

17 votes

4 commentaires

Aller au dernier commentaire

  • domileiba, le 20 décembre 2011 à 17:10

    D’accord avec toi, la compréhension orale ne se travaille bien qu’en autonomie. En classe entière, on peut faire du travail de reformulation/compréhension, mais seul un petit pourcentage d’élèves travaillent. Un élève ne s’accroche à une tâche que s’il a des chances d’y arriver !
    Cependant les vieilles habitudes sont dures à tuer et je continue à travailler en audio-oral en classe entière. Mais mes objectifs sont différents, ce n’est pas de la compréhension, contrairement à ce que j’ai pensé pendant longtemps.
    Nous avons aussi une sacrée chance d’avoir des sites qui regorgent de ressources, certaines même déjà didactisées, comme Audio-lingua, elllo, soundguideweb :)

  • Rodolphe Maurel, le 21 décembre 2011 à 19:44

    D’accord avec toi sur les sites cités :-)

  • Stéphane Busuttil, le 24 décembre 2011 à 12:05

    tu m’étonnes ^^

  • Fenton, le 2 février 2012 à 10:24

    Tout à fait d’accord avec cet article, cela fait longtemps que je ne travaille plus la compréhension orale en classe entière. Cependant, je ne mets pas deux élèves par ordi, j’en profite pour partager la classe en deux et travailler l’interaction orale avec une moitié ou expression orale pendant que l’autre moitié travaille en compréhension orale avec fiches. Cela fonctionne très bien . Ensuite nous prenons un temps en commun pour corriger ensemble la fiche de compréhension.
    On peut aller en classe informatique ou plus facile faire acheter 15 MP3 par le collège.


Vos réactions

Laissez ci-dessous vos commentaires, précisions, remarques et questions. Vos contributions ne s'affichent publiquement qu'après validation, trop de spam sinon.

Commenter
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

    texte
Qui êtes-vous ?

Retour en haut de la page

Utiliser des documents audio en classe

Quelques lignes directrices concernant l’utilisation de ressources sonore en cours de langues vivantes, essentiellement pour travailler la compétence de compréhension de l’oral. Pour les manipulations techniques concernant les fichiers audio, consultez les tutoriels (...)

9 autres articles dans cette rubrique

Morceaux choisis


Contribuez à maintenir ces pages sur la toile.
Paiement sécurisé par Paypal ou CB

Frais d'hébergement depuis 2009 : 230 €
Total des dons depuis 2009 : 99 €

Another Teacher's Website est motorisé par SPIP.

Contribuez au contenu de ce site